Canon FTb le petit frère du F-1

IMG_5158.01

 

Le Canon FTb QL est apparu en même temps que le F-1, QL = Quick Loading c’est à dire chargement rapide.
Même système de mesure, mêmes objectifs mais pas de viseur interchangeable, ni de dos amovible, ni de moteur.

Il existe un booster particulier, celui du Canon Pellix QL avec une semelle légèrement différente (bien souvent, le booster du Pellix est vendu comme celui du FTb alors qu’il ne se monte pas directement dessus. IL s’en faut de quelques dixièmes de millimètre. Un petit bricolage permet de résoudre cette difficulté).
Particularité : le système de chargement QL. Ce système, inauguré sur les Canon FT et Pellix, permet un chargement rapide et facile du film. Ce système pratique n’a pas été repris sur le F-1.
Le FTb a été fabriqué en deux présentations : silver et black, cette dernière étant un peu plus rare et plus cotée.

En 1973 est apparue une version un peu améliorée : le FTb-N;

  1. petit volet de protection sur la prise de flash.

  2. affichage de la vitesse choisie dans le viseur.

  3. Levier du retardateur comme celui du F-1

  4. Bague des vitesses : pourtour en pointes de diamant d’un autre dessin.

  5. Levier d’armement redessiné avec un revêtement plastique partiel.

Prise en main du Canon FTb.

La prise en main se déroule on ne peut plus simplement.
Après avoir installé une cartouche de film et armé l’appareil,

  1. vérifier la cellule : ASA sur 100 (soulever et tourner la bague des vitesses), vitesse sur 1000. Interrupteur (petit levier sous la manivelle de rebobinage) poussé vers C. L’aiguille doit dépasser le repère noir dans le viseur à droite.

  2. Tourner la bague des vitesses en la soulevant pour choisir la sensibilité en ASA du film installé. Le boîtier ne gère pas le codage DX. Comme il n’y a pas non plus de fenêtre permettant de voir la pellicule installée il y a intérêt à coller sur le dos une étiquette et écrire le type de film installé avec la date.

  3. Positionner le levier ayant servi pour le test de la cellule sur On.

  4. Choisir une vitesse en fonction du sujet à photographier.

    La mesure de la lumière étant à prédominance centrale on visera le sujet principal avant de :

  5. tourner la bague des diaphragmes de l’objectif de manière à ce que l’aiguille se superpose sur l’aiguille des vitesses. En fonction du résultat, augmenter ou diminuer la vitesse jusqu’à ce que les 2 aiguilles se superposent dans les limites de l’échelle.

    Bien entendu, on peut inverser le processus et commencer par choisir le diaphragme et ensuite la vitesse. Avec un peu d’habitude, en fonction du sujet, de la luminosité ambiante, le choix est vite fait.

  6. Faire la mise au point.

  7. Déclencher.

  8. Ne pas oublier de remettre l’interrupteur sur Off.

    Note: le FTb ne gère pas la position A des objectifs.

 

IMG_5159.01IMG_5160.01

 

 

 

 

 

 

 

 

Canon FTb avec le booster

 

canon_ftb_01

 

canon_ftb_03canon_ftb_04

 

 

 

 

Photos du net

 

 

Canon FTb noir (premier modèle)

 

Img_7367

Cette version noire du Canon FTb ne comporte dans le viseur que l’aiguille du posemètre et l’aiguille des diaphragmes qui doivent se superposer pour un réglage correct. Pour connaître les valeurs choisies il faut lire les valeurs sur le boîtier pour la vitesse et sur l’objectif pour le diaphragme. Cela n’est gênant en aucune sorte car, avant de viser, on aura choisi, selon le sujet, la vitesse désirée ou le diaphragme.

 

Vue de face du Canon FTb

 

On voit que la prise de flash par câble est accessible . . .  aux intempéries.

 canon-ftb-noir_2

Canon FTb-N chromé (deuxième modèle)

 

Les différences sont minimes : le levier d’armement est plastifié, la prise de flash par câble est protégée par un petit volet, ce qui est bien. Le levier du retardateur a été redessiné mais dans une forme moins ergonomique. Dans le viseur apparaît dans le coin inférieur gauche la vitesse choisie. Pour les diaphragmes, rien de changé.

 

Img_7368

 

 

COMMENT FAIRE DE LA PHOTO ARGENTIQUE POUR PAS CHER

Pour une utilisation amateur, le Canon FTb convient aussi bien que le F1 pour un prix inférieur.
Sur cette base de boîtier FTb,  quel serait l’équipement couvrant une assez large gamme de besoins le moins coûteux et le plus polyvalent ?
Un boîtier FTb : 50 €
Un objectif Canon FD 28mm f:1.8  : 40 €
Un objectif Canon FD 50mm f:1.8  : 30 €
Un objectif Canon FD 135mm f:3.5  : 40 €
Un doubleur de focale Komura : 5 €
Un jeu de bagues allonges Vivitar : 10 €
Un flash : 10 €
Soit un total de : 185 €. On peut arrondir à 200 €.
Avec cet équipement, vous pouvez reprendre goût à l’argentique sans mettre en danger votre budget. En cherchant bien et en étant patient, vous pouvez même le trouver pour moins cher.
Seul conseil : restez dans les objectifs Canon et évitez les autres marques : c’est parfois un problème de qualité mais surtout un problème de valeur à la revente.
Le choix ci-dessus vous permet de photographier du paysage, de faire du portrait, d’aborder la macro et la photo au flash.

Si vous voulez sortir des limites de cet ensemble, les coûts vont fortement augmenter :
Un Canon FD 24mm : 100 à 150 €
Un Canon FD 300mm : 60 €
Et je ne vous parle pas de la série L ou du 50mm f:1.2 asphérique.
Vous pouvez aussi opter pour un zoom.

Pour la couleur, on trouve encore, même en grande surface, à faire développer un film négatif ou des diapos.
Comme plus aucun photographe ne développe du film noir et blanc, il va falloir monter un petit labo.
La première étape : développer ses films mais passer à la chaîne numérique pour la partie tirage : scanner puis traitement informatique.
Ce ne sont pas les annonces qui manquent pour s’équiper en labo. On doit pouvoir trouver un équipement complet pour moins de 100 euros.
Si on désire poursuivre avec le tirage papier, ce n’est pas le matériel qui va poser problème : c’est de trouver l’emplacement dans la maison.
Pour le seul développement des films, un placard bien obscur convient puisque le seul moment ou le noir complet est indispensable est le moment ou l’on met la pellicule dans la spire puis dans la cuve. Le reste se fait à la lumière.
Les films et les produits chimiques se trouvent aisément sur Internet.

Pour en savoir plus sur ce qui est nécessaire pour développer un film, je ne pourrais pas mieux dire qu’Hervé le Gall sur son site : http://www.shots.fr/2011/04/22/laboratoire-argentique-tout-ce-dont-vous-avez-besoin-pour-bien-demarrer/

Quelques sites pour approfondir le sujet :
http://objectif-argentique.com/
http://35mm-compact.com/
http://www.parlonsphoto.com/portal.html
http://www.revelateur.com/main/index.php

2 réflexions au sujet de “Canon FTb le petit frère du F-1

  1. Pour le seul développement, il y a aussi les manchons, très pratiques pour peu que la cuve ne soit pas trop grande.
    Le tirage papier, ça vaut le coup de prospecter dans les échoppes des photographes autour de chez soi… avec du bol on peut même en trouver qui développent encre du noir et blanc sur place, ou qui sous traitent si on est pas pressé (Le Camara d’Hazebrouck dans le Ch’Nord fait la couleur sur place et envoie le n&b à Paris).

  2. lle matériel laboratoire d’occasion demande de l’attention pour ce qui est de l’investissement,mais l’on trouve toutes sortes d’équipement valable a condition de se faire accompagner par une personne avertie lors d’achats en brocantes,ou foires spécialisées.un conseil:faites un peu gaffe aux occasions « juteuses » proposées sur internet ,sans que je fasses de la discrimination,il vaut donc mieux voir et toucher,meme ^essayer et discuter aprement ^(j’arrive pas a mettre ce putain d’accent chinois,alors pardon…)la vie est si chère quand on a envie de tirer des épreuves sur papier a tout prix……………..

Laisser un commentaire